Vilnius, une ville au riche patrimoine

Eglise Saint Francis et Bernardin ©T. Joly
Célèbre pour ses monuments baroques et ses belles églises, Vilnius conserve l’un des plus grands quartiers médiévaux d’Europe de l’Est et est Capitale Européenne de la Culture pour 2009. Cette ville tranquille possède une riche vie culturelle et offre de nombreuses distractions nocturnes.

[ Pratique ]

- Y aller
Pour l’instant il n’y a pas de vols directs entre Paris et Vilnius.
Austrian Airlines, Lot Polish Airlines, Lufthansa, Czech Airlines, SAS Scandinavian Airlines et Air Baltic ont des vols via Vienna, Warsaw, Frankfurt, Prague, Copenhague et Riga. Le trajet prend environ 4 heures 30 minutes.
- Se loger
Novotel Vilnius
Radisson Astorja Hotel
Artis Centrum Hotel
Ramada Vilnius
Klaipeda Hotel
Domus Maria
Bernardinu B&B House
Litinterp B&B
- Restaurants
Lokys
Uzupio Kavine
Zemaiciai
Cili
- Sortir
Brodvejus
Broadway
Lietuvos Clubas
The Dubliner
- Se déplacer
La plupart des sites ainsi que la gare et la station de bus sont accessibles à pied depuis la vieille ville. Un excellent réseau de bus et de trolleys vous emmène partout ailleurs et à l’aéroport. Des bus et des trains desservent Trakai, Kaunas et Kernave.
- Bon à savoir
Un séjour de 3 jours / 2 nuits permet de voir les principaux sites mais si vous souhaitez aussi visiter Trakai un séjour de 4 jours / 3 nuits est préférable. Comptez 300 à 350 € par personne pour un séjour de 4 jours / 3 nuits en chambre double en hôtel 3* avec petit déjeuner et vols inclus.
- Tour Opérateurs
En France
Amslav, CGTT Voyages, Donatello, Kuoni, Jet Tours, Slav’Tours, Voyageurs du Monde.
A Vilnius
Taiga Euro Baltika
Tel : (370) 5 2121388, office@taigaeurobaltika.com, www.taigaeurobaltika.com
- Informations
Office du Tourisme de Lituanie
72 rue Pierre Demours, 75017 Paris
Tel : 0146225384
www.infotourlituanie.fr
Pour la première fois cette année, le titre de capitale européenne de la culture est porté par une ville de l’un des pays ayant rejoint l’Union Européenne en 2004. Cet honneur revient à Vilnius, la capitale de la Lituanie, le plus grand des Etats Baltes. Tout au long de l’année de nombreuses manifestations culturelles placées sous le signe de l’Europe viendront donc s’ajouter aux habituelles comme le Festival de Musique et le Festival de Jazz qui se tiennent en juin et en octobre.


Vieille ville © T.Joly
 Centre historique préservé
Une excellente raison pour partir à la découverte de cette ville fondée au 14e siècle dont le centre historique, remarquablement préservé, est depuis 1994 inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco.
Quadrillé par des ruelles pavées étroites et tortueuses où il fait bon flâner, ce quartier regorge d’édifices gothiques, Renaissances, baroques et mêmes néo-classiques comme la Mairie et le Palais Présidentiel. Mais ce n’est pas seulement un musée à ciel ouvert. De nombreux bars et restaurants restent ouverts et animés jusque tard dans la nuit et dès que le soleil apparaît les clients envahissent les terrasses dans une atmosphère décontractée et festive.
La diversité des bâtiments témoigne de l’histoire glorieuse du pays qui fut de la fin du 13e siècle à la fin du 16e l’un des plus puissants et des plus vastes d’Europe Orientale et Vilnius continua à prospérer après qu’il ait perdu son indépendance. L’église Sainte Anne est ainsi un chef d’œuvre de l’architecture gothique lituanienne avec une façade ouvragée faite de trente-trois sortes de briques rouges composant des arches, des motifs complexes et trois élégantes tourelles.



Eglise Sainte Catherine © T.Joly
 Nombreuses églises baroques
Autre bel exemple d’architecture gothique, la toute proche église Saint Francis Saint Bernardin est dotée d’une façade à pignon et recèle de superbes monuments funéraires ainsi que des peintures murales du 16e siècle.
Fondée par les Jésuites en 1579, l’Université est l’une des plus anciennes d’Europe de l’Est et ses douze Facultés et huit Instituts s’ordonnent autour de douze cours intérieures toutes différentes en taille et en style. Une véritable ville dans la ville qui accueille plus de 20 000 étudiants et qui compte une remarquable église dédiée à Saint-Jean dont le clocher est le plus haut bâtiment de la vieille ville. C’est l’une des nombreuses églises baroques édifiées au moment de la Contre Réforme par des nobles voulant se faire pardonner leur tolérance envers le Protestantisme. Ce qui vaut aujourd’hui à Vilnius d’être parfois appelée une ville baroque. La plus belle est Saint Pierre et Paul. Construite au 17e siècle, elle semble simple vue de l’extérieur mais l’intérieur est décoré de plus de 2 000 sculptures et bas relief en stuc représentant des figures bibliques, historiques, allégoriques, des végétaux et des animaux. Sous le régime soviétique, ce fut l’une des seules églises à rester ouverte au culte et de nos jours de nombreux habitants de Vilnius s’y marient.



Cathédrale © T.Joly
 Icône miraculeuse
Il existe aussi quelques églises orthodoxes et protestantes mais les Lituaniens sont en majorité catholiques et leur foi est particulièrement visible à deux endroits. La ravissante chapelle de la Porte de l’Aurore où pèlerins et croyants viennent voir l’icône de la Mère de Miséricorde réputée avoir le pouvoir de guérir. L’imposante cathédrale de style classique, la principale église du pays, où l’on peut parfois visiter la belle chapelle baroque dédiée à Saint Casimir, le saint patron de la Lituanie. Contraste saisissant, à côté se dresse son clocher de 57 m de haut qui était à l’origine une tour de l’enceinte médiévale. Elle incluait aussi la Tour Gediminas qui domine la colline voisine et offre une vue panoramique de la ville. En bas de la colline est actuellement reconstruit à l’identique le palais du 16e siècle des Grands Ducs de Lituanie. Il sera inauguré en juillet pour célébrer le 1000e anniversaire du pays. C’est en effet en 1009 qu’un manuscrit mentionna pour la première fois l’existence d’un royaume Lituanien. En face de la cathédrale commencent les Champs Elysées de Vilnius, la longue avenue Gediminas.


Uzupis © T.Joly
 Quartier bohème
Vitrine de la ville moderne, elle est bordée d’anciens palais, d’hôtels, de magasins à la mode, de restaurants et de bars branchés et de bâtiments officiels. Si vous regardez attentivement celui abritant les Archives Nationales, vous noterez que certaines pierres du mur portent le nom de héros morts en défendant la ville lors de l’invasion Soviétique de 1945. Installé non loin de là dans les anciens locaux du KGB, le Musée du Génocide rappelle que les Lituaniens ont payé au prix fort leur désir d’indépendance. Entre 1945 et 1953 plus de 40 000 ont été tués en résistant aux Soviétiques et 500 000 autres ont été déportés en Sibérie. Auparavant environ un tiers de la population avait péri durant la Seconde Guerre Mondiale. Mais leur volonté ne fut jamais brisée et en 1990 la Lituanie fut le premier pays à se détacher de l’ex URSS. Depuis lors les Lituaniens croquent la vie à pleines dents et profitent de leur liberté retrouvée. Une renaissance symbolisée par le quartier bohème d’Uzupis où l’on trouve galeries, restaurants et bars dont quelques-uns agréablement situés près de la rivière Vilnia. En 1997 il s’est auto déclaré république gouvernée par les artistes et les romantiques et possède son président, ses ministres et sa constitution !!!


Marché © T.Joly
 Une nuit dans un kolkhoze
Cependant les réminiscences du passé sont encore bien visibles même à Vilnius : bâtiments soviétiques décrépis, bus d’un autre âge et babouchkas qui viennent au marché central vendre quelques légumes pour compléter leur maigre retraite. Si vous voulez avoir un aperçu de la vie à l’époque communiste, l’agence de voyage, Taiga Euro Baltika, propose une expérience intéressante et amusante. Passer une nuit dans un ancien kolkhoze situé à Kernavé, 50 km à l’ouest de Vilnius. Il est admis que le pays a pour la première fois été unifié dans ce village en 1253. Il est entouré d’un paysage superbe où les archéologues ont trouvé des traces d’habitat remontant à plus de 10 000 ans et plusieurs collines fortifiées qui protégeaient un village médiéval.
Ce site tient donc une place particulière dans le cœur des Lituaniens. Comme la deuxième ville du pays, Kaunas, qui fut leur capitale entre 1920 et 1939 lorsqu’ils recouvrèrent brièvement leur indépendance. Un hôtel de ville baroque, des tours médiévales, des maisons de marchands allemands du 15e siècle composent un centre historique valant le détour.



Château de Trakai © T.Joly
 Château de conte de fée
D’autant que s’y trouvent aussi un intéressant musée des Beaux Arts et un curieux musée dédié aux représentations du Diable. En périphérie, le monastère de Pazaisilis est un petit bijou de style baroque vénitien. Kaunas est à seulement 80 km de Vilnius et donc facile à visiter en une journée.
Mais si vous prévoyez de ne faire qu’une excursion hors de la capitale lituanienne, n’hésitez pas. Allez à Trakai. Situé à seulement 30 km, ce charmant village fut brièvement la résidence des Rois au 14e siècle, lorsque les Chevaliers Teutoniques menaçaient le pays. Niché à la jonction de plusieurs lacs, il possède des maisons en bois colorées construites par les Karaites, une secte juive originaire des rives de la Mer Noire qui formait jadis la garde personnelle du Grand Duc de Lituanie. Celui-ci vivait dans ce qui est aujourd’hui le monument le plus photographié de Lituanie. Un puissant château en briques rouge construit sur une île qui n’a jamais été pris par des ennemis. Restauré dans les années 60 il se reflète dans les eaux du lac Gavé comme une vision de conte de fée qui constitue un souvenir inoubliable de la Lituanie.


06 Mai 2010
Thierry Joly