Au cœur de la Côte d’Azur

Antibes © T.Joly
A une époque très prisée par les artistes, Antibes Juan-les-Pins est unique sur la Côte d’Azur. S’y côtoient une vieille ville méditerranéenne charmante, typique, riche en musées et en belles plages et une station balnéaire moderne très chic où la fête dure jusqu’au matin. La presqu’île du Cap d’Antibes recèle en outre une côte spectaculaire et des villas luxueuses à découvrir par de petits sentiers.

[ Pratique ]

Y aller
- Route
915 km depuis Paris par les autoroutes A6 et A8 puis la D 35.
- Train
TGV Paris Gare de Lyon – Antibes. Durée du trajet : de 5 h 15 à 5 h 50.
Train de nuit Paris Austerlitz – Antibes. Durée du trajet : 8 h 50.
- Avion
Il existe des vols pour Nice depuis Paris et un grand nombre de villes françaises et internationales. Bus de l’aéroport de Nice à Antibes.
Se loger
- Hôtels
Impérial Garoupe
La Jabotte
Hôtel Baie des Anges
Le Relais du Postillon
Le Grand Pavois
Hôtel Josse
Hôtel Mademoiselle
Hôtel Sainte Valérie
- Chambres d’hôtes
Villa « Carpe Diem »
La Bastide du Bosquet
La Cappelleta
- Résidences
Maéva
Pierre et Vacances
Odalys
Restaurants
Le Figiuer de Saint Esprit
De Bacon
Le Golden Beef
Le Nacional
La Gravette
Le Comptoir de la Tourraque
Albert 1er
Le Village
Taverne du Safranier
Informations
Office de Tourisme et des Congrès
Tel : 0497231111
www.antibesjuanlespins.com
La Côte d’Azur est célèbre dans le monde entier pour ses plages qui attirent chaque année des millions de vacanciers. Mais l’automne, la fin de l’hiver et le début de printemps sont sans doute les périodes les plus agréables pour découvrir cette région. Les jours ensoleillés sont fréquents, les températures en général clémentes, bien plus douces qu’au nord de la France, la lumière est belle et les touristes moins nombreux. Ce qui permet de s’immerger plus facilement dans la vie locale et de visiter tranquillement les charmantes petites villes de son littoral qui ont séduit tant d’écrivains et de peintres.


Port et Fort Carré © T.Joly
 Port de plaisance
Située à peu près à mi-chemin entre Nice et Cannes, Antibes est l’une d’entre-elles. Fondée par les Grecs au 4e siècle Av JC face à Nice, d’ou son nom qui vient d’Antipolis, « la ville en face », elle est aujourd’hui une station balnéaire réputée. Cependant, avant cela, elle fut pendant des siècles une place forte qui protégeait la côte contre les Italiens, les pirates barbaresques et la marine anglaise. De cette époque subsistent de nombreuses fortifications dont l’imposant Fort Carré. Haut de 47 m, il date de 1550 mais a été profondément remanié par Vauban. Bâti sur une avancée rocheuse, il veille toujours sur le port dont les quais les plus anciens sont également défendus par des murailles et des tourelles. Devenu l’un des premiers ports de plaisance de la Méditerranée, il abrite désormais de superbes yachts et voiliers ainsi que quelques bateaux de pêche. C’est l’un des lieux de promenades les plus populaires parmi les vacanciers
Ils aiment aussi regarder les locaux en train de jouer à la pétanque aux pieds des remparts qui entourent la vieille ville côté mer.



ND de l'Immaculée Conception © T.Joly
 Tours romanes
Ayant perdu leur vocation défensive, leur chemin de ronde a été transformé en l’agréable promenade Amiral de Grasse d’où le regard porte jusqu’à Nice, les Alpes et le Cap d’Antibes. Elle court plein sud jusqu’au bastion Saint André, une autre réalisation de Vauban, qui abrite aujourd’hui le Musée Archéologique où sont exposés les objets grecs et romains mis à jour lors de fouilles terrestres et sous-marines. Sa terrasse offre en outre une très belle vue sur les remparts et la vieille ville que domine la colline où les colons Grecs s’établirent. Là se dressent deux tours romanes. L’une sert de clocher à l’église Notre-Dame de l’Immaculée Conception dont la belle façade ocre mélange les styles baroques et néo-classiques. L’autre est le donjon d’un château médiéval qui fut du 14e au 17e siècle la propriété de la famille Grimaldi, les souverains de Monaco, et qui a été transformé en musée en 1925. Quand il arriva en ville en 1946, Picasso fut invité à installer son atelier dans le château et y resta trois mois réalisant de nombreux chefs d’œuvres, dont « La Joie de Vivre » ainsi que des tapisseries et des céramiques.


Château d'Antibes © T.Joly
 Route des peintres
A la fin de son séjour il donna 23 peintures et 44 dessins à la ville et le musée fut rebaptisée Musée Picasso. Enrichi par des achats et de nouvelles donations, il montre toutes les facettes de l’art de Picasso et abrite aussi des œuvres d’autres peintres du 20e siècle qui ont vécu à Antibes comme Nicolas de Staël et Hans Hartung. Mais bien d’autres artistes ont résidé à Antibes depuis le milieu du 19e siècle : George Sand, Flaubert, Maupassant, Meissonier, Monet, Dufy, Van Dongen, Picabia, Chagall,… Une route des peintres permet de suivre leurs pas et des reproductions de certaines de leurs toiles ont été installées à l’endroit exact où elles ont été réalisées.
En contrebas de l’église et du château s’étend un lacis de ruelles étroites calmes ou commerçantes bordées de maisons colorées et fleuries qui donnent une idée de ce qu’était Antibes dans le passé. Elles conduisent à de petites places ornées de fontaines souvent occupées par des terrasses de café où il est agréable de boire un verre et de se prélasser en regardant la vie locale. L’une des plus charmantes est la Place du Safranier, siège d’une commune libre créée après la Seconde Guerre Mondiale sur le modèle de Montmartre. A proximité, rue du Bas-Castellet se trouve la maison où vécut l’écrivain Grec Nikos Kazantzakis.



Vieil Antibes © T.Joly
 Marché coloré
C’est là qu’il rédigea son roman la plus célèbre, Alexis Zorba, qui a inspiré le film Zorba le Grec. Bien plus grande, la Place Nationale occupe le site de l’ancien forum romain. Une ancienne école du 19e siècle y héberge un musée dédié à l’artiste Raymond Peynet, mondialement connu pour ses dessins d’amoureux. Elle accueille également des expositions temporaires de dessinateurs humoristiques.
Mais le véritable cœur de la ville est le cours Masséna, ainsi nommé parce que le célèbre Maréchal de Napoléon y habita. Entourée de beaux immeubles et de restaurants, cette esplanade ombragée accueille chaque matin un marché animé typiquement provençal par les produits, les couleurs et les senteurs de ses étals. Une étape incontournable pour les touristes. Juste à côté se trouve le Musée de la Tour consacré aux arts et traditions populaires d’Antibes et à la vie quotidienne au début du 20e siècle. Parmi ses collections figurent les premiers skis nautiques jamais fabriqués car ce sport est né dans les années 20 à Juan-les-Pins. En 1880 ce quartier n’était encore qu’un hameau de pêcheurs niché au milieu des pins en bordure d’une plage de sable blanc de 3 km de long.



Antibes © OT Antibes/ Y.Seuret
 Trépidante vie nocturne
Mais survint le duc d’Albany, fils de la reine Victoria, qui décida d’y passer ses vacances. Puis, dans les années 20 le millionnaire américain Frank Jay Gould y créa le premier casino d’été qui attira immédiatement ses compatriotes et de nombreuses célébrités, dont Rudolph Valentino, tandis que la jeunesse dorée européenne venait s’y divertir et se baigner. Plusieurs édifices rappellent le faste de cette époque. L’hôtel Belles Rives, ancienne résidence de l’écrivain Scott Fitzgerald, l’hôtel Juana, La Vigie, la villa du milliardaire Gould. Quatre-vingts ans plus tard Juan-les-Pins est toujours une station balnéaire à la mode ainsi qu’une destination prisée des gens riches et des élites avec une vie nocturne trépidante. Restaurants, bars, night-clubs, casinos,… Les fêtards n’ont que l’embarras du choix. Tous les ans en juillet se tient aussi un festival de jazz mondialement connu.
Contrastant avec cette ambiance festive et branchée, le tout proche Cap d’Antibes est un havre de paix aux paysages typiquement méditerranéens. Il s’agit d’une presqu’île dont le littoral rocheux et accidenté est parsemé de ravissantes criques et de petites plages. Plusieurs sentiers la parcourent et mènent à quelques sites d’intérêt.



Cap d'Antibes © OT Antibes/ Y.Seuret
 Superbes villas
Sur la côte ouest, une tour isolée veille ainsi toujours sur les flots. Sentinelle devenue inutile, elle a été transformée en un musée sur Napoléon I qui vécut brièvement à Antibes et débarqua sur la plage de Golfe-Juan à son retour d’exil sur l’île d’Elbe. A l’intérieur des terres, sur les hauteurs, les deux chapelles du sanctuaire de la Garoupe renferment des centaines d’ex-voto laissés par les marins venus chercher la protection de la Vierge avant de prendre la mer. Enfin, le jardin botanique de la Villa Thuret ravira les amateurs de plantes avec plus de1200 espèces d’arbres et de plantes subtropicales. Le Cap d’Antibes étant si beau, il a bien sûr attiré de nombreux personnages richissimes ou célèbres et la presqu’île est constellée de leurs somptueuses demeures et de leurs piscines cachées à l’ombre des pins d’Alep. La villa Eilenroc est l’une des plus belles et est ouverte au public. Bâti durant la seconde moitié du 19e siècle, cet édifice néo-classique et a été imaginée par Charles Garnier, l’architecte de l’Opéra de Paris. Tout aussi luxueux et de la même époque, l’hôtel Cap Eden Roc a accueilli Rita Hayworth et compte parmi ses clients actuels Clint Eastwood, George Clooney et Brad Pitt. Mais ne rêvez pas… Ils sont très difficiles à voir et vous préférerez peut-être profiter de l’authenticité de la vieille ville.

21 Mars 2011
Thierry Joly 



[ Jazz à Juan ]

Plus ancien festival de jazz d’Europe toujours organisé, Jazz à Juan a accueilli les musiciens de jazz les plus acclamés du monde et se déroule dans un cadre idyllique, sur la scène de la Pinède Gould qui fait face à la Méditerranée. L'édition de cette année se tient du 14 au 24 juillet propose entre autres des concerts de BB King, Santana, Gilberto Gil, Keith Jarret Trio, James Hunter, Manu Katche Project, Jamie Cullum et Raphael Saadiq. Il comporte également une sélection d’événements spéciaux, hommages, expositions et projections de films commémorant le 20e anniversaire de la mort de Miles Davis qui joua au Festival de 1963 à 1984. Un festival Off se tient en parallèle au programme officiel et présente de nombreux orchestres traduisant la diversité du jazz.
Informations :

www.jazzajuan.fr